La lutte contre les espèces invasives


Qu'est-ce qu'une espèce invasive ?

C'est une espèce exotique introduite dans un milieu qui n'est pas son aire de répartition naturelle et qui en proliférant induit des impacts négatifs :

  • Écologiques : destruction des habitats naturels et des espèces autochtones
  • Économiques : impacts sur les pratiques agricoles, coût de destruction de l'espèce...
  • Sanitaires : problèmes d'allergies, de toxicité, de brûlures...
  • Nuisances d'usage : entrave à la pratique de la pêche, du kayak...

Il peut s'agit d'espèces animales (comme les écrevisses américaines) ou végétales (comme la Rénouée du Japon ou la Berce du Caucase).


La berce du Caucase

Introduite en Europe du nord comme plante ornementale au XIXème siècle, la Berce du Caucase, Heracleum mantegazzianum, peut atteindre quatre mètres de hauteur. Elle est surmontée par une inflorescence en ombelle d'environ cinquante centimètres de diamètre.

 

Tout comme la Renouée du Japon, la Berce du Caucase colonise les berges de cours d’eau au détriment de la biodiversité mais elle est également toxique et particulièrement dangereuse pour l’homme. Elle produit une toxine phototoxique appelée furocoumarine. Présente dans la sève, elle provoque des inflammations et des brûlures de la peau. C’est pourquoi l'éradication de cette espèce nécessite le port d'un équipement approprié permettant d'éviter tout contact de la peau, des mains et des yeux avec sa sève.


La Brigade "espèces invasives"

Gestionnaires d’espaces naturels, le Conservatoire d’espaces naturels de Basse-Normandie (CEN-BN) accompagne et conseille divers acteurs confrontés à la problématique des espèces invasives : associations, collectivités, syndicats de rivières...

 

Afin de mutualiser les interventions et fort de son expérience de gestionnaire d’espaces naturels, le CEN-BN a créé en 2015 une équipe saisonnière de gestion des espèces invasives reconduite pour l’année 2016.

 

L’objectif premier de cette équipe saisonnière (constituée d’un technicien et de deux agents techniques) est d’effectuer des chantiers de gestion d’espèces invasives avec une approche préventive. Ainsi, la priorité a été donnée à la gestion manuelle de jeunes foyers d’espèces invasives avérées de Basse-Normandie.

 

Cette approche permet à la fois une pertinence des actions de gestion effectuées, limitant l’installation et le risque de dispersion des espèces invasives sur ou vers un nouveau territoire. Elle est également souvent garante d’une efficacité accrue quant à la régulation des foyers gérés.

 

Mise à disposition gratuitement auprès des acteurs locaux, l’équipe a réalisé de nombreux chantiers sur l’ensemble de la Basse-Normandie durant l’été.


Le chantier du ruisseau des Landelles (bilan 2016)

 

Communes concernées :

Boucé, Saint-Sauveur-de-Carrouges

 

Contexte : 

En 2015, l’équipe s’était appuyé sur l’inventaire des espèces invasives de L’Institution Interdépartementale du Bassin de l’Orne sur le territoire Orne amont. En 2016, elle a pu s’appuyer sur le travail d’actualisation mené par le SymOA en début de saison.

 

Description du site : 

La berce du Caucase est principalement présente sur le long du ruisseau des Landelles, affluent de la Cance. Les stations s’échelonnent sur 2,5 km de cours d’eau, avec beaucoup de pieds épars et quelques grosses stations de plusieurs centaines de m².

 

Déroulé : 

L’équipe a pu intervenir plus tôt que l’an dernier (début juin plutôt que début août), ce qui a facilité le travail (absence de hampes florales). Par contre, la petite taille de certains plants rendait difficile leur détermination. Le sol dur de certains sites comme l’Être-es-Pont compliquait le travail.

Un contrôle fin août a permis de décolleter les racines des pieds les plus tardifs et les repousses après la fauche antérieure au premier passage sur l’Être-es-ponts.

 

Evolution de la population : 

La population semble stable, comparée à 2015.

 

Le chantier en quelques chiffres :

Temps homme total : 59 h

Linéaire total traité : 4920m

Surface totale traité : 130m²